PRÉSENTATION​

Mejda Benchaaben
Les Ateliers De La Casbah : Carreaux de Ciment - Aventurable

Psycho-clinicienne de formation, Plasticienne de Passion.

Mejda Benchaabane,

Dans tout début de parcours, l’enfance reste cette période clef où se forge tout l’intérêt ; en creusant au plus profond, on se retrouve avec des souvenirs colorés de cet âge où on se veut, désintéressé, les mains dans la peinture et les dessins sur les murs.

Ma première école fut chez moi, avec les précieux conseils de ma maman, puis vient la période où j’ai suivi quelques ateliers au niveau du Musée National des Beaux Arts d’Alger au près de Houadef Djahida.

Du passe-temps à la passion en passant par le vide, creux de l’imagination, chaque marche a dû mener plus haut en laissant derrière elle des empreintes qui témoignent de ces périodes de création compulsive. Ne dit-on pas souvent que l’adolescence est cette période de renouvellement et de restructuration où on cherche sa voie et sa vocation.

Ce n’est qu’après vingt  ans d’existence que je décide enfin d’exposer et d’assumer mes idées et mes émotions à travers une peinture où les formes me parlent en variant les couleurs, les humeurs et les tonalités. Des courbes mélodieuses nous renvoient tantôt vers le feu, tantôt vers le froid. J’étais dans cet ambivalence qui m’a poursuivi jusqu’au bout.

Dans la quête de l’exclusif, divers chemins ont été explorés, en empruntant  une touche de Van Gogh, Picasso, Miro ou de Kandinsky…
On peut dire que les modèles n’ont pas manqué mais l’appel du « Soi » a sonné !

Je ne peux me permettre de placer ma peinture dans une catégorie ou un style particulier. Peu importe l’école, le courant, l’important pour moi dans l’acte de peindre est de comprendre notre lien avec nous même et avec le monde tout en restant dans l’expression et le partage. Qu’on soit émetteur ou récepteur on a des ondes en commun, une œuvre qui nous regarde et des couleurs/formes qui nous parlent.

Après avoir obtenu le diplôme de licence en psychologie clinique, je me suis dirigée vers l’Ecole Supérieure des Beaux Arts d’Alger pour faire une recherche post-graduée (Magister) en « Art et sciences de l’art ». J’ai mené durant trois années une étude autour de la question de la création et de la symbolisation dans la représentation plastique.

Par la suite, quelques années d’expérience dans l’enseignement de l’éducation artistique (niveau collège) m’ont permis de replonger dans les connaissances techniques basiques et de rediriger quelques peu ma peinture. D’autres motivations, d’autres références, d’autres besoins ont vu le jour… et je souhaite que ma peinture soit constamment en perpétuel changement.

Parcours artistique

EXPOSITIONS

mai 2015

Participation au Salon du jeune talent, première édition à la Galerie des Ateliers Bouffée d’Art- Résidence Sahraoui, les Deux bassins, Benaknoun, Alger.

Avril 2015

Exposition internationale FIARTE VIe édition à Grenade – Espagne

Juillet 2014

Exposition collective à la galerie des « Ateliers Bouffée d’art » – Résidence Sahraoui, les Deux bassins, Benaknoun, Alger.

mai 2014

Exposition internationale avec l’Association le Reflet de nos différences au Château de Franc-waret à Namur – Belgique

Avril 2014

Exposition internationale FIARTE Ve édition à Grenade – Espagne

mars 2013

Exposition collective « Palette au féminin » à l’occasion du 8 mars, au niveau de la Galerie Baya, Palais de la culture, Alger.

mars 2011

Exposition collective à l’occasion du 8 mars, au niveau de la Galerie d’Arts du Centre de Loisirs Scientifiques  « Art et culture », Alger.

mars 2011

Exposition collective à l’occasion du 8 mars , Palais de la culture, Alger.

mars 2011

Exposition des femmes artistes de la méditerranée à l’occasion du 8 Mars, Grenade, Espagne.

février 2011

Exposition internationale FIARTE à Grenade, Espagne.

octobre 2010

Exposition collective au Salon d’Automne. Palais de la culture, Kouba-Alger.

septembre 2009

Exposition au stand « Auto Algérie », Foire de l’automobile, pin maritime Alger.

Mars 2009

Exposition collective à l’occasion de la journée de la Femme, au Théâtre de Verdures, Alger.

juin 2008

Exposition individuelle « Entre ombre et lumière » à la galerie Thevest, Kouba- Alger.

mai 2008

Exposition Collective : Salon de l’Aquarelle et des Arts Graphiques, à la galerie Smaïl Samsom au Théâtre des Verdures, Alger.

mars 2007

Exposition collective à l’occasion de la journée de la femme, 8 Mars 2008, à la Galerie Samsom, Théâtre de verdure, Alger.

décembre 2007

 Exposition individuelle «  Eclats d’âme »,  au Cyber Galerie, rue Didouche Mourad, Alger centre.

décembre 2006

Exposition à Trois « palette triangulaire » : Mejda Benchaabane, Meriem Benchaabane, Mounjia Abdeltif, à la galerie Smaïl Samsom au Théâtre des Verdures, Alger.

juin 2006

Exposition collective : Journée de l’Artiste,  à la galerie Smaïl Samsom au Théâtre des Verdures, Alger.

mai 2006

Exposition collective en hommage aux défuntes Aïcha Haddad, Baya Mahieddine et Kheira Flidjani, à la Galerie Smaïl Samsom, Théâtre de Verdure, Alger.

mars 2006

Exposition Collective : 8 Mars « Journée de la femme », Palais de la Culture, Alger.

février 2006

Février : Exposition Collective : Salon de l’Aquarelle et des Arts Graphiques, à la galerie Smaïl Samsom au Théâtre des Verdures, Alger.

CONCOURS

2008

Participation à la 11eme rencontre et Grand prix international de peinture « jeune talents 2008 » à Montrond les Bains (France) : Deuxième prix.

2007

Participation au concours « Art pour Tous »  à Paris. (Classée 9ème sur 156 candidats).

2006

Participation au concours : «  Désertification »,  organisé par le Ministère de l’Environnement à Alger.

2005

Participation au concours de peinture du 8 Mars,  Palais de la Culture, Alger.

Articles de presse

www.founoune.com

« PALETTE TRIANGULAIRE »

Une exposition collective, de trois artistes peintres à la galerie Samsom, Théâtre de verdure, Alger (Décembre 2006): Benchaabane Meriem/ Benchaabane Mejda/ Abdeltif Mounjia

Mejda Benchaabane, Passionnée de dessin dès l’enfance, elle fait usage de ce merveilleux outil pour s’exprimer et dégager ses états d’âme et sentiments cachés au fond de son être hypersensible. Les travaux s’accumulent. Elle s’exerce sans cesse pour parfaire la technique et les idées. Aujourd’hui nous pensons qu’il est temps qu’elle ose exposer des œuvres révélatrices d’une farouche volonté de s’exprimer…

Dans les oeuvres de Mejdaben, on retrouve:

1 • Les sujets:

Il est difficile de « globaliser » les préoccupations de Mejda. Toutefois, elles concernent souvent l’intériorisation des états d’âme. Elle préfère laisser ses sentiments en effervescence s’accumuler, se stratifier, mûrir au fond de son âme avant de les projeter tantôt musicalement, tantôt avec émotion !

2 • La technique:

Elle a choisi très tôt la peinture à l’huile sur toile après y avoir découvert une aise et un confort. Pendant plusieurs années, elles s’est enseignée les arts plastiques en reproduisant des peintres : les uns qui ont marqué l’histoire et les autres contemporains. Cette technique l’aide à mieux façonner ses « figures », ses arabesques, ses dégradés pleins de sensualité. Son pinceau qu’elle utilise avec grande habileté, compose très bien avec la matière onctueuse qui s’applique avec souplesse et élégance.

3 • Les couleurs et les tons:

Une force, une intensité, une détermination se dégagent des couleurs utilisées. Elle s’affirme, elle révèle sa personnalité passionnément. Elle réfléchit, synthétise ses idées et les met en forme grâce à des tons qui vont du froid au torride. Plutôt de nature discrète, elle laisse ses travaux parler pour elle et exprimer un bouillonnement caché.

Source : www.founoune.com

www.elwatan.com

Exposition picturale de Mejda Benchaabane: « FRAGMENT D’ÂME ÉMERGÉS »

Jusqu’au 6 janvier, la cybergalerie Didouche Mourad abrite une exposition picturale de l’artiste récipiendaire Mejda Benchaabane.  La vingtaine d’œuvres accrochées dans des cimaises de l’espace, laissent émerger l’intériorité de la plasticienne qui étrenne son panel d’œuvres en solo. Le regard du visiteur voit défiler des compositions lovées dans une musicalité qui inonde ses à-plats.

Psychoclinicienne de formation, Mejda oriente son parcours dans le geste plastique non sans en avoir été imprégnée au passage, d’une certaine aura du travail « picassien », de Miro ou de Kandinsky. Des figures allégoriques dont l’expression des formes conjuguée à l’harmonieuse combinaison des couleurs, nous renseignent sur le courant contemporain qu’elle veut mettre en avant. L’artiste tient à « voguer » sous sa propre latitude picturale. Après avoir pris part à nombres d’expositions collectives, l’artiste explore ses tréfonds, taquine sa muse féminin, cultive la technique du trait et invite, pour la première fois, le public à apprécier son langage plastique, à travers une collection intitulée Eclats d’âme dont les compositions sur toile et sur carton explosent de joie et de mélancolie. Elle promène l’œil du spectateur dans un univers de circonvolutions dont les courbes mélodieuses et les mouvements spirales –en flamme-demeurent son registre de prédilection. Sa thématique la plus prégnante, elle la puise dans le dédale de la pudeur et la grâce de la femme : discrétion, élégance et fragilité foulent subitement ses subjectiles.  Un triptyque auquel s’abreuve la jeune plasticienne.

Mélomane, Prière, Suggestion, Phobie, Entre vents et marées, Mi-voilée, Eternel, Méditation, Regret, Affection sont autant d’œuvres qui nous poussent à mettre le doigt sur une atmosphère feutrée, comme pour rehausser la facture de ses œuvres. Aux réalisations déclinées dans un ton pastel  ou bichromie, l’artiste oppose des œuvres dont l’abondance chromatique illustre le bouillonnement tapi dans son for intérieur. Une sensibilité et une dynamique qui ne révèlent pas moins la richesse de son talent. Un talent prometteur qui se fraie en silence son chemin et qui monte comme le blé.

Par : M. Tchoubane
Source : www.elwatan.com (Le: 06/01/2008)

Midi Libre

Mejda Ben expose à la Cybergalerie de Didouche Mourad: « UNE ÉCLATANTE CREATIVITE »

Ce jeudi, les amoureux des arts plastiques ont eut droit à une promenade picturale dans les dédales d’une âme artiste et créative, celle de la jeune artiste Mejda Ben. Le vernissage d’une exposition artistique constitue toujours un événement heureux, puisqu’il donne la possibilité à l’artiste de rencontrer son public dans un cadre convivial, de converser avec lui et surtout de le conduire dans l’univers sensationnel de ses dernières créations. Ce jeudi, les amoureux des arts plastiques ont eut droit à une promenade picturale dans les dédales d’une âme artiste et créative, celle de la jeune artiste Mejda Ben.

L’exposition intitulée «Eclats d’âme» contient une vingtaine d’œuvres accrocher sur les murs blancs de la Cybergalerie de la rue Didouche Mourad. Le public, composé d’architectes, d’artistes, de journalistes et de curieux, n’a pas manqué d’exprimer l’admiration et l’envie d’aller à la rencontre d’une artiste aussi bouillonnante d’imagination. Sur ses œuvres, Mejda Ben exprime sa façon de voir les choses, de voir le monde et de s’accommoder de ses contraintes.

Cette jeune artiste autodidacte issue d’une famille d’artistes peintres, a lié une remarquable technique plastique à un langage sincère, elle nous émeut à travers le choix harmonieux de ses couleurs, de ses formes aériennes qui ne touchent jamais le trait, la base ni la terre, comme une envie de rester suspendu entre ciel et terre. Un exercice périlleux qui lui donne cette originalité dans le geste.
Forte d’une sensibilité et d’une pudeur avérée, Mejda Ben à un regard incisif sur la vie, qui transparaît dans sa peinture, elle capture les moments ordinaires de sa propre vie et les rends uniques, pleins de sens, on est difficilement insensible à cette âme en mille éclats.

En se baladant dans le sillage coloré de ses peintures à l’huile sur carton et sur toile, on aperçoit la passion, le ressentiment et la contemplation d’une jeune femme, qui ne fini pas d’étaler ses émotions. Le pourquoi et le comment qui a amené l’artiste en ces contrées escarpées, et si peu hospitalières, on ne le lira que dans la force que projettent les œuvres et non pas chez l’artiste qui déclare «mon travail artistique a été accomplit, à présent c’est aux visiteurs de lire l’oeuvre et d’en extraire le sens et l’émotion.» On ressent une envie incontrôlable de s’attarder un long moment sur cette toile intitulée «Vipère» qui nous met mal à l’aise, un lieu d’une improbable angoisse, une vipère de couleur verte resserre un être chétif, lui ôtant l’essence de la vie.

Dans sa création intitulée «Surmoi, moi, ça» on sent l’influence de sa formation, car l’artiste est psycho clinicienne. «Livre d’or», «Palette d’or» et «Mélomane», le même personnage recroqueviller sur un livre, un pinceau ou un instrument de musique, l’artiste délivre un message en affirmant «pour moi, la littérature, la peinture et la musique sont tous liés, chacun, dans sa dimension propre, me procure l’inspiration.»

Ainsi, elle mêle la vie à la peinture, une si étroite symbiose qui lui a imposé des règles d’adaptation et de confrontations dans sa quotidienneté et forcément dans son univers plastique. On rencontre des difficultés pour cataloguer cette artiste, mais très vite on se défait de cette idée, car comme l’exprime le texte du prospectus de présentation «Aujourd’hui on se dit contemporain mais peu importe l’école, le courant, les maîtres, l’important dans l’acte de peindre est de comprendre notre lien avec nous même et avec le monde. Le seul arbitre reste l’émotion et la réflexion. Qu’on soit émetteur ou récepteur on a des ondes en commun, une œuvre qui nous regarde et des couleurs qui nous parlent, alors il nous reste qu’à être à leur écoute !»

Mejda Ben, n’a que 21 ans et a déjà participé à une dizaine d’expositions collectives et de concours, dont le plus important, le concours international «Art pour tous» de Paris en 2007, où elle a été classée parmi les dix premiers. Si Mejda Ben met son coeur au service de sa démarche picturale, c’est aussi et surtout pour partager. Partager avec tous ceux qui adoptent son style.

Par: Faten. H
Source: Midi Libre – Quotidien national d’information (Le : 28/12/2007)